LA FRANÇAFRIQUE N'EST PAS UNE FATALITÉ ! INFORMEZ-VOUS ! ENGAGEZ-VOUS !

Pensez à consulter également la PAGE FACEBOOK DE SURVIE GIRONDE

Survie Gironde est une antenne locale de l'association
SURVIE. Financièrement, l’association dépend pour l’essentiel des contributions de ses adhérent-e-s et de ses donateur-rice-s, garantes de son indépendance. Elle ne perçoit pas d'argent de l'Etat (excepté les aides sur les contrats salariés), de parti politique, religieux, ou de syndicat.
Pour cette raison, si vous êtes sensibles aux messages défendus par SURVIE, il est important de soutenir l'association.
Pour cela, vous pouvez :
- faire un don, adhérer et/ou vous abonner à Billets d'Afrique et d'Ailleurs, le bulletin mensuel de SURVIE,
- contribuer à la diffusion la plus large possible des messages de l'association,
- vous rapprocher de Survie Gironde pour agir à nos côtés.
Survie Gironde a besoin de vous
pour multiplier ses moyens d'action et lutter contre la françafrique à l'échelle locale !

LA FRANÇAFRIQUE N'EST PAS UNE FATALITÉ !
INFORMEZ-VOUS ! REJOIGNEZ-NOUS !


mercredi 16 décembre 2009

La fin de la pauvreté?


jeudi 17 décembre: projection à 20h30, au cinéma Utopia de Bordeaux, du film La fin de la pauvreté? Cette projection sera suivie d'un débat, que nous organisons avec Attac33, en présence de Bernard Conte, enseignant-chercheur au CEAN (Centre d’Études d’Afrique Noire), qui vient de publier La tiers-mondisation du monde.


Le film de
Philippe Diaz, un documentaire politique sélectionné à la Semaine Internationale de la Critique lors du festival de Cannes, engage une réflexion de fond sur les causes de la pauvreté de l’époque coloniale à aujourd’hui.

Plus d'info sur le site de l'Utopia.

Pour cette soirée vous pouvez acheter vos places à l'avance.

samedi 5 décembre 2009

Agenda du mois de décembre.

  • Mercredi 9 décembre à 19h30: conférence-débat ayant pour thème « Migrations, des représentations à déconstruire et à reconstruire au regard de la solidarité internationale »
« Nous vivons dans un monde très inégalitaire. Pour beaucoup d’habitants des pays en développement, quitter sa ville ou son village natal est parfois le meilleur, voire le seul moyen d’améliorer ses conditions de vie. La mobilité humaine peut avoir des effets très positifs sur les revenus des personnes et des familles, sur l’éducation ou sur la participation à la vie politique et sociale ; elle ouvre également des perspectives d’avenir plus favorables pour les enfants. Mais sa valeur va au delà : le pouvoir de décider du lieu où l’on veut vivre est un élément essentiel de la liberté humaine. » Rapport sur le développement humain 2009
Or dans le débat actuel concernant l’identité nationale, lancé par notre gouvernement, la question de la migration a une résonance particulière. Mais nos représentations ne sont-elles pas orientées par le passé, les peurs collectives et les divers messages politiques ? Et au fond, qu’entend-on par « migration » ? Cela ne concerne-t-il que les migrations du Sud vers le Nord ? Sont-elles si importantes que cela ? Quelles en sont les réelles conséquences ?

Avec Josette Belloq, responsable politique de la ville –Lormont

Et Patrick Gonin, Enseignant Chercheur, Université de Poitiers CNRS, Migrinter

Salle du patio, Domaine du haut carré
43 rue pierre noailles talence, accès tram arrêt Forum
Renseignement auprès du RADSI 05 40 00 34 71 radsi@radsi.org

Pour en savoir plus :
- http://www.mshs.univpoitiers.fr/migrinter/
-« Les migrations internationales : enjeux contemporains et questions nouvelles », AUDEBERT Cédric et MAMUNG Emmanuel
-Rapport sur le développement humain 2009: http://hdr.undp.org/

  • Le vendredi 11 décembre à 19h30, Place Stalingrad, manifestation nocturne organisée par le CRSP, dans le cadre de la campagne pour la fermeture inconditionnelle des centres de rétention (tram A - direction Floirac - rive droite).
Apportez de quoi être visible et de quoi faire du bruit

Le 19 janvier 2009, le centre de rétention administrative (CRA), situé dans les sous-sols du commissariat de Mériadeck a brûlé. Plusieurs personnes sont accusées d'avoir provoqué l'incendie, et maintenues en détention préventive depuis bientôt 1 an, à la maison d'arrêt de Gradignan. Suite à l'incendie, le CRA a été fermé. Un projet de construction d'un nouveau CRA est en cours pour l’année 2010.

Symboliquement, la campagne pour la fermeture des CRA, se terminera le 19 janvier 2010 par une seconde manifestation.

Plus d'info.

site du CRSP.

  • Le 17 décembre à 20h30, au cinéma Utopia de Bordeaux: projection du film La fin de la pauvreté? (Philippe DIAZ - documentaire USA, 2008, 1h44mn, VOSTF) suivie d'un débat organisé par Survie et Attac, avec la présence de Bernard Conte enseignant-chercheur au CEAN (Centre d’Études d’Afrique Noire), qui vient de publier La tiers-mondisation du monde.
Pour cette soirée, achetez vos places à l'avance, à partir du Lundi 7 Décembre.

Dans un monde pourvu de tant de richesses, comment peut-il exister une telle pauvreté ? Pourquoi une partie si importante de la population mondiale est-elle privée de la satisfaction de ses besoins humains fondamentaux : accès à l'eau potable, à un système de santé efficace, à l'éducation ? Comment en est-on arrivé là ? Comment s'est creusé le fossé entre les pays riches, héritiers des grands empires coloniaux, et les pays les plus pauvres ? Et pourquoi cet écart ne se réduit-il pas ?
C'est ce qu'explique brillamment le film de Philippe Diaz, en faisant intervenir économistes, acteurs politiques mais aussi, tout simplement, des personnes parlant de leurs difficultés quotidiennes. Tel cet agriculteur kenyan dont la terre est aujourd'hui occupée par une grande entreprise américaine ; telle cette femme tanzanienne, ou cette autre, vénézuélienne, évoquant leur vie dans les bidonvilles, leurs difficultés à nourrir leur famille.
Lire la suite.

  • Et tous les samedis matins, entre 10h et 14h, s'il ne pleut pas trop, nous serons présents sur la place du Maucaillou, entre les marchés de Saint Michel et des Capucins.




mercredi 25 novembre 2009

Appel à don.

Chers adhérents et adhérents, donateurs et donatrices. Survie, créée en 1984, fête en cette fin d’année 2009 ses 25 ans d’existence.

Un quart de siècle d’un inlassable engagement de l’une des rares associations françaises militant contre le néocolonialisme en Afrique.

Mobilisée à ses débuts en faveur d’une « loi pour la Survie et le développement » et d’un contrôle accru de l’Aide publique française, Survie, en tant qu’association de plaidoyer et d’« éducation populaire », s’est progressivement singularisée au sein du paysage associatif français par son engagement pour une réforme en profondeur de la politique française en Afrique et sa dénonciation de la « Françafrique ».

Un combat d’une cruelle actualité Désormais partagé par bon nombre d’organisations et de citoyens, ce combat doit être poursuivi. Car la Françafrique, « décomplexée » sous l’ère Sarkozy, se perpétue. Elle n’en finit pas de contrevenir à l’émancipation des populations africaines et au développement du continent : coups d’Etat en Mauritanie et à Madagascar, coup d’Etat constitutionnel au Niger, coup d’Etat électoral au Gabon, etc, organisés avec la bienveillance ou la complicité de la France et de certaines multinationales tricolores (Bolloré, Total, Areva, etc.).

Ainsi, Survie n’a pas l’intention de baisser les bras. Au contraire, la volonté du président français N. Sarkozy de faire de 2010 « l’année de l’Afrique » doit nous amener à nous mobiliser de nouveau contre ce « plus long scandale de la République ».

Toutefois, Survie est aujourd’hui confrontée à des difficultés financières. Celles-ci l’ont amenée ces derniers temps à puiser dans ses réserves qui, malheureusement, s’amenuisent progressivement, ce qui risque de remettre sérieusement en cause sa capacité à mener de nouvelles campagnes.

Ainsi, comme à chaque étape de sa vie, Survie a besoin de soutiens. De soutiens bénévoles et militants, bien entendu, pour mettre en œuvre ses chantiers, mais aussi de soutiens financiers pour pouvoir continuer à exister et à mener à bien ses projets.

Vous trouverez donc ci-joint un appel à don, qui rappelle l’engagement de l’association sur ces dernières 25 années et qui présente les projets que nous entendons mettre en œuvre en 2010.

Nous vous invitons, en soutenant financièrement Survie et en investissant dans cette campagne, à poursuivre ensemble l’aventure (pour rappel, vos dons sont déductibles des impôts à hauteur de 66%).

Espérant que ces informations vous permettent de mieux apprécier le travail effectué et de vous y impliquez si vous le désirez, nous vous remercions chaleureusement pour tous vos soutiens, passés, présents et futurs.

Télécharger le formulaire de don.

dimanche 15 novembre 2009

Appel « Stop paradis fiscaux »


Les paradis fiscaux font des ravages. Ils ont amplifié la crise qui a jeté des millions de personnes dans le chômage et la précarité à travers le monde. Comment aujourd’hui accorder la moindre confiance aux banques si on ne connaît pas le montant de leurs capitaux dissimulés dans ces trous noirs de la finance mondiale ?

Lire la suite et signer l'appel.

mercredi 4 novembre 2009

Agenda du mois de novembre.


  • Lundi 16 novembre à partir de 18 heures, dans le cadre des 11èmes rencontres cinématographiques africaines, projection de 2 films à l'utopia.

Organisées par l'association Afrique Cinéma Promotion.
À 18h, projection du film VICTIMES DE NOS RICHESSES suivie d'un débat avec le réalisateur.(Tarif unique: 4 euros)
À 20h15, projection du film ALIKER suivie d'un débat avec le réalisateur. (Tarif habituel)
  • Nous serons présents lors du festival Bulles d'Afrique, du 17 au 19 novembre, où nous tiendrons chaque soir notre stand. Programme du festival:
20h30 le 17/11: SIMON NWAMBEBEN TRIO (Guitare/chant, harpes, violoncelle / Cameroun), Amphi Kastler Univ Bx 1, Talence, Gratuit.
20h30 le 18/11: PERRINE FIFADJI (Chant, danse, sitar, guitare, senza, bols tibétains, ...), Maison des Arts Univ Bx 3 - Pessac - Gratuit.
20H30 le 19/11 Soirée afro-rock : MAD SHEER KHAN (rock tribal) + SHINRI (afro soul rock), La MAC - Pessac - Gratuit.

Plus d'information: cliquez ici.

  • Dans le cadre de la Semaine de la Solidarité Internationale, nous serons présents le 21/11 de 9h à 18h, place Camille Julian à Bordeaux, avec une dizaine d'associations de solidarité internationale. Au programme de la journée: stands d'information et marché solidaire, animations musicales, action de rue "porteurs de parole".
  • le 28/11, nous tiendrons notre table de presse lors du concert d'OPA, au ZUBU (rue de la ferme de Richemond, c'est à dire sur le côté du parking Victor Hugo).
  • Et nous tenons nos tables de presses sur la place du Maucaillou, entre les marchés St Michel et Capucins, tous les samedis matins sauf temps pluvieux...

mercredi 28 octobre 2009

L’industrie nucléaire française procède à un véritable pillage au Niger.


Un article paru le 26 octobre sur le site internet Basta.

Depuis 40 ans, la multinationale Areva puise abondamment dans les ressources d’un des pays les plus pauvres de la planète. Le Niger pourrait demain devenir le deuxième producteur mondial d’uranium. Pourtant, le pays figure à la dernière place de l’indicateur de développement humain. C’est dans cette absence de partage des richesses et sur fond de crise institutionnelle, que se profile une catastrophe sociale, environnementale et économique. Produire ici de l’électricité d’origine nucléaire a pour corollaire, là-bas, contaminations radioactives et désertification.

Lire la suite.

dimanche 18 octobre 2009

Les week-ends de Monsieur Guéant.

Un article intéressant paru dans Le Nouvel Observateur, qui décrit les occupations des fins de semaines du secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant. Y apparaissent monsieur Léandri (condamné dans l'affaire ELF) et son fils, feu Omar Bongo et le sien, Ali, aujourd'hui président de facto du Gabon, Denis Sassou Nguesso, Robert Bourgi, bien connu de ceux qui s'intéressent aux réseaux françafricains, mais aussi l'ombre de Charles Pasqua. Où l'on découvre aussi que monsieur Guéant n'hésite pas à organiser la communication du président de la Syrie, Bachar el-Assad, à travers les pages du Figaro, journal appartenant à Serge Dassault, dont la vente des avions rafale à l'étranger est prise en main par... Claude Guéant lui-même.
Un fonctionnement familiale et clanique qui n'est pas sans rappeler les sombres heures du foccartisme.

"C'est la face méconnue du secrétaire général de l'elysée. Le plus proche collaborateur de Nicolas Sarkozy ne se contente pas de gérer les affaires intérieures. Il met ses fins de semaine à profit pour mener des missions sensibles à l'étranger. Pourparlers diplomatiques, libération d'otages ou contrats d'armement... Ariane Chemin et Vincent Jauvert lèvent le voile sur ces très discrètes pérégrinations dominicales.

Aéroport de Villacoublay. Un homme en imperméable mastic marche vers le Falcon 50 qui l'attend sur le tarmac. Aucune cocarde de la République française sur le fuselage, aucun signe de reconnaissance. Un avion «blanc», comme disent les initiés. Son pilote n'a pas déposé de plan de vol. L'homme aux lunettes dorées qui quitte la France incognito n'est pourtant ni un agent secret ni un chef d'Etat en exil. Il s'appelle Claude Guéant. Il est secrétaire général de l'Elysée. Et ce dimanche matin il s'envole pour Damas."

Lire la suite.

samedi 17 octobre 2009

Dossier noir n°23 : Que fait l'armée française en afrique?


Nouvelle publication de Survie, en librairie à partir du 23 octobre, mais déjà disponible auprès de Survie Gironde (benoît: 06 87 58 37 98, survie33@yahoo.fr).

Alors que le président N. Sarkozy a annoncé une réforme de la coopération militaire et lancé la renégociation des accords de défense liant la France avec plusieurs pays africains, Survie sort le 23 octobre un nouveau livre sur l’armée française et la présence militaire de la France en Afrique.

Vous pouvez d’ores et déjà le commander auprès de matthieu.vanpeene(a)survie.org ou auprès de votre groupe local le plus proche. Nous vous l’enverrons dans les plus brefs délais.

Que fait l’armée française en Afrique ? Et de quel droit s’y trouve-t-elle encore aujourd’hui ? Si l’on en croit les discours officiels, elle n’y aurait plus depuis longtemps que des missions humanitaires et de maintien de la paix. La page du néocolonialisme et de la Françafrique aurait été tournée en même temps que finissait la guerre froide.

Ce « Dossier noir » examine, à travers de nombreux exemples concrets, la réalité de cette présence depuis deux décennies. Après un retour sur le dispositif néocolonial mis en place au lendemain des indépendances, il analyse —notamment à travers les conflits en Côte d’Ivoire ou au Tchad — les interventions militaires censées illustrer la « nouvelle » politique africaine de la France.

Entre héritage colonial et stratégies pour s’adapter à l’évolution des rapports de force internationaux, cette politique n’a jamais cessé d’être criminelle.

Sommaire du livre.



vendredi 2 octobre 2009

Agenda du mois d'octobre.


  • Samedi 3 Octobre, à partir de 14 heures, nous serons présents à la fête du NPA, Salle Bellegrave à Pessac (stand et débat sur la françafrique).

  • Le dimanche 4 octobre nous participerons à Cap association, de 11 hres à 18 hres au hangar 14, quai des Chartrons (évènement de rentrée des associations bordelaises, plus d'info: cliquez ici).

  • Le Vendredi 9 octobre à 20h30 au cinéma Utopia, à Bordeaux, nous organisons la projection du film Une affaire de nègres, de la réalisatrice camerounaise Osvalde LEWAT, qui sera suivie d'un débat animé par Comi Toulabor, Directeur de recherche au Centre d'Etude d'Afrique Noire de Sciences Po Bordeaux, Thierno Ibrahim Dia, critique de cinéma, et Norbert N. Ouendji, journaliste (sous réserve d'un éventuel reportage loin de Bordeaux...).
Du 21 au 23 Juillet dernier, l’État français recevait le potentat camerounais Paul Biya, dont le pays, riche en ressources exploitées notamment par des multinationales françaises, vit entre la misère et la répression. Le 22 juillet, Alain Juppé accueillait en personne, sur un quai de la gare Saint-Jean puis au musée d'Aquitaine, Paul Biya et sa délégation. Lors de cette visite, toute tentative d'expression d'un message visant à dénoncer les exactions du régime de Paul Biya, ainsi que les collusions entre ce régime et les intérêts français engagés au Cameroun, a été interdite par les forces de l'ordre françaises, usant à cet effet de la menace explicite d'une utilisation de la violence physique.

Le remarquable film d'Osvalde Lewat est pour nous l'occasion de montrer qui est Paul Biya : un président qui se maintient par la force à la tête du Cameroun depuis 27 ans... Lire la suite.

mardi 4 août 2009

MAURITANIE : comment passer de putchiste à président en un an.

Communiqué, le 4 août 2009

Le 6 août 2008, le général putschiste, M. Mohamed Ould Abdel Aziz, renverse par un coup d’État militaire le premier président mauritanien démocratiquement élu lors d’élections non contestées. Un an plus tard, ce 5 août, il sera investi président de la République islamique de Mauritanie après avoir officiellement remporté l’élection présidentielle contestée du 18 juillet dernier. La France n’est pas innocente dans cette régression démocratique.

Lire la suite du communiqué.



jeudi 23 juillet 2009

Liberté de parole ? Biya rencontre Juppé, suite.

Le 22 juillet nous avons voulu déployer notre banderole, lors de la visite du potentat Paul Biya à Bordeaux. Nous n'étions pas les seuls, quelques franco-camerounais étaient là aussi pour dénoncer les crimes de monsieur Biya. Il y avait parmis eux une jeune femme dont le père a été assassiné sous ce régime dictatorial, et qui était venue crier "Biya assassin". Elle fut mise à l'écart avec une violence étonnante de la part des forces de sécurité françaises. Quant à nous, qui voulions montrer la complicité dont fait preuve l'état français, un cordon de CRS nous maintenait loin de tout cela, nous interdisant de rendre visible notre banderole, et protégeant ainsi de toute contestation Paul Biya. Les membres de l'antenne bordelaise du RDPC, le parti de monsieur Biya, affichaient eux en toute liberté leur opinion favorable au dictateur.

Nous étions donc maintenus à l'écart, que ce soit devant la gare, lors de l'arrivée de Paul Biya, mais aussi au moment de sa visite au musée d'aquitaine où certains CRS n'hésitèrent pas à utiliser la menace de la force (matraque à la main, brandie en notre direction, le pied sur le support de notre banderole, pour nous montrer qu'elle serait brisée si nous ne la replions pas immédiatement, alors que Paul Biya avait déjà quitté le musée et que nous avions précédemment été repoussés bien loin de celui-ci). On peut s'étonner d'un tel zèle à défendre les intérêts d'un dictateur, sauf si l'on sait que ces intérêts sont aussi ceux de grands groupes français tels Bolloré, Rougier, Total et Fabre. On peut aussi se questionner sur les raisons d'un accueil si chaleureux de la part d'Alain Juppé, qui s'est déplacé jusqu'au quai de la gare pour montrer sa sympathie pour le dictateur. Quand on repense aux 100 à 200 morts provoqués par la répression des émeutes contre la cherté de la vie en février 2008, quel mépris pour la vie humaine, monsieur Juppé! Est-ce cela que vous appelez, comme on pouvait le lire mercredi sur une banderole officielle : "une économie et une démocratie apaisée"?

Lire l'article de Sud Ouest.

Lire l'article paru sur libération.fr.

lundi 20 juillet 2009

Le repris de justice et le dictateur. Paul Biya reçu par Alain Juppé, à Bordeaux, le mercredi 22 juillet.

Ce mercredi 22 juillet, Alain Juppé recevra le président dictateur du Cameroun Paul Biya.

Le bilan de Paul Biya c'est :
27 ans de pouvoir,
la répression sanglante de l'expression populaire,
la censure médiatique,
les intimidations des associations de défense des droits de l’Homme indépendantes du pouvoir,
l' absence d’hôpitaux, d’écoles et d’universités dignes de ce nom,
une administration gangrenée par la corruption,
la misère qui touche la majorité de la population,
l' enrichissement démesuré des personnes au pouvoir (Biens mal acquis),
les puissants intérêts français dans l’exploitation pétrolière et forestière, dans les plantations et dans les transports (Total, Fabre et Bolloré)

Nous organisons un accueil chaleureux à ce chef d'état très "françafricain"

Le rendez vous est à 12h à la gare St Jean pour l'arrivée prévue en train (étonnant). Nous nous rendrons ensuite devant la mairie et enfin devant le musé d'Aquitaine à 16h.

Le but de cette manif est d'informer la population de ce que font nos élus en notre nom.

Nous ne voulons pas de Biya à Bordeaux.

Plus nous seront nombreux et plus nous seront entendus.
N'hésitez pas à venir nombreux et accompagnés.

Accueillir des dictateurs c'est les soutenir.

Arrêtons le soutien aux dictateurs !!


CAMEROUN. Visite officielle de Paul Biya en France. Communiqué de Survie, le 20 juillet 2009

Du 21 au 23 juillet, l’Etat français reçoit le potentat camerounais Paul Biya, dont le pays, riche en ressources exploitées notamment par des multinationales françaises, vit entre la misère et la répression.

Du 23 au 28 février 2008 des émeutes populaires se sont produites dans les principales villes du Cameroun. La révolte s’élevait contre la cherté de la vie et contre la réforme constitutionnelle qui a supprimé la limitation des mandats présidentiels. Cette révolte fut violemment réprimée par l’armée camerounaise, faisant entre cent et deux cents morts. Un tel événement, dans un pays francophone de 18 millions d’habitants, passa quasi inaperçu dans les médias français, lesquels médias viennent de consacrer, pendant plus de deux jours, des titres à la une et de nombreux reportages à un bilan similaire d’émeutes en Chine, pays de un milliard et demi d’habitants.

Lire la suite du communiqué.


dimanche 19 juillet 2009

Ces Français à la botte électorale de Sassou

Congo-Brazzaville . Députés et avocats cautionnent le vote contesté.
Un article paru sur le site Liberation.fr le 18 juillet 2009.

Les candidats de l’opposition et plusieurs autres sans étiquette contestent toujours la réélection dimanche dernier à la tête du Congo de Denis Sassou Nguesso - avec, officiellement, 78,6 % des voix . Une manifestation a été violemment dispersée par la police mercredi. Tous dénoncent des fraudes pendant et après le vote. Mais ce n’est pas ce qu’ont constaté quatre élus français. Deux parlementaires européens - l’ex-ministre de la Justice et de la Culture Jacques Toubon et Patrick Gaubert, également président de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) - ainsi que deux députés UMP - Jean-François Mancel (Oise) et Jean-Michel Fourgous (Yvelines) - se sont fait les défenseurs zélés de Sassou Nguesso cette semaine à Brazzaville.

Décalage. Au cours de deux conférences de presse organisées lundi dans la capitale congolaise, les quatre hommes ont salué le bon déroulement du scrutin.

Lire la suite de l'article.

Voir aussi, sur le même sujet, le communiqué de Survie du 16 juillet publié ci-dessous.

vendredi 17 juillet 2009

MAURITANIE. Les autorités françaises votent pour la junte putschiste.

Communiqué du Survie le 17 juillet 2009.

A la veille de l’élection présidentielle organisée en Mauritanie ce 18 juillet, l’association Survie dénonce l’attitude de la diplomatie française qui, par l’intermédiaire de ses réseaux plus ou moins officieux, apporte son soutien à la junte arrivée au pouvoir par les armes. La France poursuit ainsi en Afrique une politique inacceptable de soutien aux dictateurs et de déstabilisation de processus démocratiques, allant à l’encontre des aspirations des populations.
Le 6 août 2008, des militaires avec à leur tête le général Mohamed ould Abdel Aziz renversaient le président élu Sidi ould Cheikh Abdallahi provoquant des protestations et manifestations violemment réprimées. Cette prise de pouvoir par la force a été condamnée par l’ensemble de la communauté internationale. De leur côté, les responsables français ont été plus ambigus : si le discours officiel a été de condamner le putsch et l’organisation d’une présidentielle, le secrétaire d’Etat à la Coopération Alain Joyandet déclarait dès août dernier que « les revendications des militaires ne sont pas toutes illégitimes ».

Lire la suite du communiqué.

Congo-Brazzaville. Des personnalités françaises valident la réélection frauduleuse d’un pilier de la Françafrique.

Communiqué de Survie, le 16 juillet 2009.

La victoire à l’élection présidentielle qui a reconduit Denis Sassou Nguesso à la présidence du Congo Brazzaville pour sept ans, à la suite des 25 années pendant lesquelles il a exercé le pouvoir, de 1979 à 1992 et de 1997 à 2009, était prévisible. Le processus électoral, entièrement contrôlé par un pouvoir dictatorial, n’offrait aucune chance au moindre changement politique. L’état dans lequel se trouve le Congo, pays pétrolier et forestier où l’immense majorité de la population vit dans la misère, dans un pays sans infrastructures et sans équipements publics, témoigne pourtant amplement du désastre dans lequel le pays a été plongé par l’incurie de son gouvernement.

Lire la site du communiqué.

mercredi 24 juin 2009

Mauritanie : la démocratie peut encore être sauvée (un article d'Agoravox).

Comme l’indique le dernier communiqué de leur organisation, "messieurs Abdoullah Ould El Mounir et Omar Ould Dedde Ould Hammady, deux membres dirigeants de For-Mauritania, arrivent à Nouakchott" ce mercredi par un vol de la compagnie Royal Air Maroc.
Le FNDD et For Mauritania sont deux organisations démocrates mauritaniennes unitaires qui regroupent la majorité des tendances politiques opposées à la menace que fait peser la junte du général Aziz sur l’avenir du pays.
Le coup d’état du 6 août 2008
Le 6 août 2008, un coup d’Etat mené par des militaires renverse le président élu, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi. Ce putsch met fin à l’exemple démocratique mauritanien porteur d’espoir pour bien des pays d’Afrique pour qui la dictature ou l’instabilité est trop souvent la règle.
Suite à la prise du pouvoir par les militaires, l’ONU, l’Union Africaine, les Etats-Unis

Lire la totalité de l'article, qui revient sur l'acceptation progressive du régime putschiste par la France.
La vidéo d'Omar Ould Dedde Ould Hammady, en fin d'article, explique le rôle de Robert Bourgi dans l'évolution de la position française (dernière minute).

mercredi 10 juin 2009

Quelques évènements du mois de juin auxquels nous participerons, ou où nous serons présents.

Le 13 à 19h au pôle évasion d'Ambarès et Lagrave pour les représentations des ateliers de théâtre de l'Art Hache Scène.

Le samedi 13 juin à partir de 16h àl'Athénée libertaire (7 rue du Muguet): Débat en présence d'Alexis Spire, chargé de recherche au CNRS à l'Université de Lille et auteur de l'ouvrage "Accueillir ou reconduire : Enquête sur les guichets de l'immigration". Co-organisation : CRSP + Librairie du Muguet

Jeudi 18 à 19h30 à l'Athénée municipal (place St Christoly, Bordeaux) : conférence « Qu’est ce que le colonialisme ? » avec Mohamed Tahar Bensaada, et Nadine Rosa Rosso. Organisée par le CAP 33.

samedi 6 juin 2009

mardi 19 mai 2009

Projection et débat autour du film Katanga Business.

Vendredi 22 mai à 20H30, au cinéma Utopia de Bordeaux, la projection du film sera suivie d'un débat sur la prédation des ressources, ainsi que sur les guerres économiques et politiques qui secouent le continent africain.
Intervenants: Jean-Claude Bruneau, professeur de Géographie à l'Université Paul Valéry à Montpellier. Il est aussi chercheur dans l’équipe DYMSET (Dynamique des Milieux et des Sociétés dans les Espaces Tropicaux) de l'Université Montaigne à Bordeaux. Jean-Claude Bruneau est passionné par l'Afrique où il a passé près de la moitié de sa vie, enseignant dans divers pays et y étudiant les populations locales, leurs cultures et leurs villes. Il a notamment dirigé l'élaboration de l’atlas de Lubumbashi, deuxième ville la plus peuplée de la République démocratique du Congo, pays dans lequel il a vécu 15 ans.
Avec la présence également de Comi Toulabor, directeur de recherche au Centre d’étude d’Afrique noire - Institut d’études politiques (CEAN-IEP) de Bordeaux.


Après Mobutu, roi du Zaïre et Congo River, le réalisateur belge Thierry Michel poursuit son exploration de l’Afrique centrale.
Son nouveau documentaire intitulé Katanga business, sorte de thriller politico-économique, prend pour décor cette province du sud-est de la République démocratique du Congo, l’une des plus riches régions du globe en ressources minières.
Pourtant, la population du Katanga continue de vivre dans une pauvreté extrême, tandis que des multinationales se trouvent concurrencées par l’arrivée de la Chine et ses milliards de dollars.

Vous pouvez acheter vos places à l'avance.
Site du film et Bande annonce.

mercredi 6 mai 2009

Projection du documentaire de Jean-Christophe Klotz "Kigali, des images contre un massacre" au cinéma Jean Eustache, le lundi 11 mai à 20 heures.



Projection-débat proposée par Amnesty international, Cauri et Survie Gironde.


Juin 1994. Kigali, capitale du Rwanda, est livrée aux massacreurs des milices extrémistes hutu et de l'armée rwandaise. Lors de l'attaque d'une paroisse où sont retranchés une centaine de réfugiés, l'auteur, à l'époque reporter-caméraman, est atteint d'une balle à la hanche. Dix ans plus tard, il retourne sur les lieux pour retrouver la trace des éventuels survivants et de ses éphémères "compagnons de route". A partir de ce fil conducteur, ce film propose une réflexion sur le traitement médiatique et politique de tels événements.


Ce film permettra, lors du débat, d'aborder le rôle de la France dans les Génocide des Tutsi au Rwanda et d'éclairer, par exemple, les thèses révisionnistes tenues entre autres par Pierre Péan et une partie de la classe politique française (voir l'article du réalisateur, Jean-Christophe Klotz, que vous trouverez ci-dessous sur le blog).

lundi 20 avril 2009

Article de Jean-Christophe Klotz, dans Libération, à propos du dernier livre de Pierre Péan.

Dans cet article, le réalisateur de Kigali, des images contre un massacre, qui était présent au Rwanda durant le génocide, explique comment Pierre Péan le cite de manière erronée dans son dernier livre. Il démonte aussi la thèse révisionniste tenue par l'auteur, celle du "double génocide" et montre la proximité des sources de celui-ci avec les organisateurs du génocide et les militaires français de l’Association France-Turquoise.

Dans son dernier ouvrage, le Monde selon K., Pierre Péan me cite à plusieurs reprises. Je tiens à préciser ici qu’il le fait de manière totalement erronée. S’il ne s’agissait pas de faits aussi graves (le génocide des Tutsis du Rwanda de 1994), je me serais abstenu de le relever publiquement.
Je ne sais pas par quel tour de passe-passe Péan affirme avoir eu accès à mon soi-disant «carnet de notes» qui aurait été «publié au moment de la diffusion de [mon] documentaire». Or ce carnet de notes - qui ne comporte que quelques pages griffonnées à la hâte - n’est pas sorti de mon bureau, et n’a jamais été rendu public. Lire la suite.


France-Rwanda: complicité de génocide. Communiqué de presse de Survie du 6 avril 2009.

Le monde selon P.: Puant! Un article de Billets d'Afrique et d'ailleurs.

dimanche 19 avril 2009

Interview d'Eva Joly, en 2 parties, dans télérama.

Eva Joly aborde dans cette interview sa lutte contre la criminalité financière internationale et la corruption. Elle parle aussi de la françafrique (elle dédie son dernier livre à François-Xavier Verschave) et des paradis fiscaux.

Tête de liste des Verts aux européennes, la Norvégienne Eva Joly sort un livre… qui n’a rien à voir avec l’écologie. Car la magistrate qui a révélé l’affaire Elf en France, réquisitionnée par l’Islande pour enquêter sur les malversations financières qui l’ont conduit au bord de la faillite, se mobilise plus que jamais pour dénoncer et combattre les réseaux véreux de la finance internationale.
Lire la suite: 1ère partie
2ème partie

Survie est membre de la plate-forme paradis fiscaux et judiciaires.

jeudi 2 avril 2009

Réunion mensuelle et prochains évènements.

  • 2 Conférence de Samuël Foutoyet, autour de son livre Nicolas Sarkozy ou la Françafrique décomplexée, le 16 avril à 17hres à Sciences Po Bordeaux (domaine universitaire) et le même jour à 20h30 à l'Athénée Libertaire (7 Rue du Muguet).

Pendant la campagne des élections présidentielles en 2007, le candidat Nicolas Sarkozy a multiplié les annonces de rupture avec la politique africaine de ses prédécesseurs, dénonçant le soutien aux dictatures, la diplomatie secrète, le clientélisme, ou encore les détournements de l’aide au développement, bref la « Françafrique ».
Pourtant, au regard des actes posés depuis sa prise de fonction à l’Elysée, le président français n’a pas tenu ses promesses : perpétuation de relations clientélistes, discours essentialiste de Dakar sur l’ « homme africain », soutien à des dictateurs (Bongo, Khadafi…), défense de l’affairisme français (Bolloré, Bouygues…), intervention militaire au Tchad, rôle joué par certains émissaires officieux (Bourgi, Balkany…), la politique africaine de Nicolas Sarkozy s’inscrit plus dans une continuité que dans une rupture. Elle est une perpétuation de la politique néocoloniale que chaque président français a poursuivit depuis les « indépendances » africaines.
C’est ce que montre ce livre en examinant les évènements les plus marquants du début de quinquennat de Nicolas Sarkozy. Se basant sur des informations et des faits avérés, ce livre propose également un rapide retour en arrière sur les grandes lignes de la politique française en Afrique depuis 1958.
Au-delà de la simple dénonciation, il s’agit pour Survie d’informer les citoyens français et de susciter une réforme de la politique de la France en Afrique.

  • Réunion mensuelle de Survie Gironde, le 8 Avril à 20h30 à l'Athénée Municipale.

  • Commémorations du génocide des tutsis au Rwanda.

Le 3 avril: projection du film Tuez les tous (Rwanda, histoire d'un génocide "sans importance"). Documentaire de1h40 réalisé par R. Glucksman, D. Hazan, P. Mazarette. A 21h au garage moderne, 1 rue des étrangers, Bordeaux Bacalan.


Le 7 Avril: Cérémonie commémorative sur le Pont de Pierre à Bordeaux à 18h, puis marche jusqu'à la mairie de Bordeaux.


Le 9 Avril: Projection du film Sometimes in april de Raoul Peck, 140 min, à 19h30 au collège Pablo Neruda à Bègles salle M. Avec le temoignage de Kalimba Jean Damascène, rescapé du génocide.

  • Le 11 avril, débat organisé par la librairie du Muguet et le CRSP à partir du livre Feu au centre de rétention qui recueille la parole de sans-papiers retenus au Centre de Rétention de Vincennes.

Le débat, qui se veut en prise avec l'actualité de l'incendie du CRA de Bordeaux en janvier, se fera sur le thème : "Pourquoi ces prisons pour étrangers brûlent-elles?".. Des membres du Collectif de soutien aux inculpés de Vincennes seront là pour témoigner. Il sera précédé de la projection de films sur les centres de rétention.

...Il y aura également de quoi manger et boire sur place!

La soirée se passera à l'Athénée Libertaire (7 rue du Muguet) et commencera à 17h par la projection des films.

samedi 21 mars 2009

Agenda.

  • Les 24 et 26 mars: conférences avec Guy Labertit.

Deux conférences de Guy Labertit (ancien "Monsieur Afrique du PS", élu local de Vitry-sur-Seine, conseiller Afrique et Amérique latine de la fondation Jean-Jaurès et proche du président ivoirien Laurent Gbagbo) autour de son livre Adieu, Abidjan-sur-Seine: les coulisses du conflit ivoirien.
Du coup d'Etat manqué du 19 septembre 2002 à la signature de l'accord de paix de Ouagadougou du 4 mars 2007, en attendant les présidentielles, Guy Labertit, explore les coulisses de la crise ivoirienne et livre des révélations sur les principaux acteurs. Il est intéressant d'entendre le point de vue et l'éclairage de ce connaisseur de la vie politique de la Côte d'Ivoire depuis les années 1980.

Dates des conférences:
- le 24 mars 2009 à l'Athénée Municipale de Bordeaux à 20h.
- et le 26 mars à Sciences Po Bordeaux, 11, allée Ausone 30067 Pessac, de 17 à 19h à la salle Tocqueville.

  • Commémorations du génocide des tutsis au Rwanda.

Le 3 avril: projection du film Tuez les tous (Rwanda, histoire d'un génocide "sans importance"). Documentaire de1h40 réalisé par R. Glucksman, D. Hazan, P. Mazarette. A 21h au garage moderne, 1 rue des étrangers, Bordeaux Bacalan.

Le 7 Avril: Cérémonie commémorative sur le Pont de Pierre à Bordeaux à 18h, puis marche jusqu'à la mairie de Bordeaux.

Le 9 Avril: Projection du film Sometimes in april de Raoul Peck, 140 min, à 19h30 au collège Pablo Neruda à Bègles salle M. Avec le temoignage de Kalimba Jean Damascène, rescapé du génocide.

mardi 3 mars 2009

Comores. Communiqué et pétition en ligne. Non au référendum illégal à Mayotte, territoire occupé!

Le 29 mars 2009, le projet de loi sur la départementalisation de l’île de Maoré (Mayotte) sera soumis à référendum auprès des Mahorais(es). Ce statut de Département d’Outre-mer (DOM) renforcerait, à partir de 2011, « l’ancrage définitif » dans la France de Mayotte, qui deviendrait ainsi une « Région ultrapériphérique » de l’Union européenne. Un « ancrage » et un projet de référendum pourtant illégaux pour la communauté internationale au regard des vingt résolutions de l’ONU reconnaissant Mayotte comme comorienne, et condamnant fermement la France depuis 1975.
Lire la suite.

samedi 28 février 2009

Réunion mensuelle.

La prochaine réunion de Survie Gironde aura lieu le vendredi 6 mars à 20 heures, à l'athénée municipale de Bordeaux. Elle est ouverte à tous.

Achat massif de terres à Madagascar par Daewoo. Pétition en ligne.

Depuis plusieurs mois, la presse fait largement écho d’un phénomène inquiétant pour des millions de petits paysans ayant toujours vécu dans l’extrême pauvreté et d’autant plus affaiblis par la crise alimentaire mondiale actuelle : le rachat massif de terres agricoles dans les pays du Sud par des Etats tiers et des investisseurs privés. Motifs annoncés : sécuriser l’approvisionnement alimentaire et investir dans une valeur sûre en période de crise. Au détriment de qui ?
En savoir plus et signer.

dimanche 22 février 2009

RWANDA. La France et le génocide. Le rapport Poncet, ou la volonté de cacher la réalité.

Survie a décidé de mettre en ligne sur son site le rapport du colonel Poncet rendant compte de l’opération Amaryllis, opération d’évacuation des ressortissants étrangers au début du génocide au Rwanda en avril 1994. Dans ce rapport, le colonel Poncet rend compte du souci de l’armée « de ne pas leur montrer [aux médias présents sur place] des soldats français limitant l’accès aux centres de regroupement aux seuls étrangers […] ou n’intervenant pas pour faire cesser des massacres dont ils étaient les témoins proches ». Ce rapport, qui se trouvait depuis un an sur le site de la Commission d’Enquête Citoyenne (CEC) en a été retiré sur l’injonction de la Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI) qui regroupe l’ancienne DST (Direction de surveillance du territoire) et les anciens RG. (...) Lire la suite
Lire également l'article Une censure manifeste paru dans Billets d'Afrique et d'ailleurs n°177 (février 2009)

jeudi 19 février 2009

Projection du film "Un aller simple pour Maoré".

Le 24 février à 20h30 au cinéma Utopia de Bordeaux, en présence de la réalisatrice Agnès Fouilleux. Réservez vos places à l'avance.

Kwassa-kwassa : une barque de pêche, une quarantaine de passagers à bord, une coquille de noix ballotée dans l’océan, le passeport pour “la vie” ou pour la mort, pour les milliers de Comoriens qui tentent chaque année de rejoindre les côtes de l’île française de Mayotte.
"Un aller simple pour Maoré" parle des mécanismes de l'exclusion, des murs que l'on érige entre les hommes... de la politique d'immigration française.
A la veille de la départementalisation de Mayotte: tout ce qui a été passé sous silence par les médias pendant des années.

jeudi 5 février 2009

Du 9 février au 4 mars: Exposition Areva ne fera pas la loi au Niger



Nous présentons, du 9 février au 4 mars, l'exposition créée par le collectif Areva ne fera pas la loi au Niger. Cette exposition de 9 panneaux explique et dénonce le rôle du groupe nucléaire français Areva au Niger, l'agriculture en danger, la pollution des eaux, les droits de l'Homme bafoués, la Françafrique et développe les alternatives possibles (aperçu de l'expo visible sur le sîte du collectif).


Du Lundi 9 au mercredi 11 février, l'exposition sera à l'ENITA (1 cours du Général de Gaulle, Gradignan), avec projection gratuite du film Niger, la bataille de l'uranium le 11 à 19h dans le grand amphi, suivie d'une conférence avec Issouf ag Maha (ancien chercheur en agronomie, précurseur de l'agriculture bio au Niger, ancien maire de Tchirozérine dans le nord du pays, il est aussi à l'origine de la création du collectif Tchinaghen pour la Paix et la Solidarité au Nord Niger).



Les 12 et 13 février, l'exposition sera à Sciences Po Bordeaux (11 allée Ausone, Domaine Universitaire, Pessac, Tram arrêt Montaigne/Montesquieu, rocade sortie 16). Le jeudi 12 à 16h, dans la salle Bastiat, nous projeterons aussi le film Niger, la bataille de l'uranium suivi d'une conférence avec Issouf ag Maha (entrée gratuite).



Du 14 au 27 février, l'exposition sera à l'espace restauration "Nature et des courgettes", dans le hall d'entrée de la piscine Les Bains à Bègles (2, Rue Carnot). Une projection/conférence (même film) est prévue le 18 février à 19h30 au complexe Paul Langevin (129 bis, Rue Lauriol à Bègles), avec Stéphane Lhomme (Réseau Sortir du Nucléaire) et/ou Issouf ag Maha.

Le Film Niger, la bataille de l'uranium (documentaire de 48 mn) est une production Vaillot Bernard/Galaxie presse, réalisation: Nahan Siby, Frédérique Denis et Stéphane Manier

mardi 27 janvier 2009

Migrations: lettre ouverte d'interpellation des décideurs européens au sujet des accords de réadmission.

La lettre a été envoyée à Mirek Topolanek, Président du Conseil de l’Union européenne et à José Manuel Barroso, Président de la Commission européenne, pour demander la transparence tant dans la négociation que dans l'exécution des accords communautaires de réadmission, ainsi que pour les alerter des tragiques conséquences suite à la signature de ces accords. Elle est signée, au nom de Migreurop, par 80 associations de divers pays, dont Survie.
Lire la lettre
Texte de positionnement de Survie sur les migrations.

mercredi 21 janvier 2009

Spectacle poétique et débats "1918-1933: La mémoire courte"

Spectacle poétique mêlant théâtre, voix, musique et vidéos.

Survie Gironde sera présente lors de la représentation du 23 janvier, qui sera suivie d'un débat ayant pour thème "la chasse aux sans-papiers"

L'histoire, dit-on, ne fait que se répéter et tourne sur elle-même, entêtante, obstinée à ramener à chacune de ses marées, les résurgences de notre barbarie, les graines, décidément jamais assez enfouies, de nos violences qui semblent héréditaires.
A l'heure où notre horizon s'embrunit, l'Orchestre Poétique d'Avant-guerre (O.P.A) vous propose, pour quatre représentations, un retour sur les années 20 où, de la paix signée sur le dos des morts et des gueules cassées à la naissance du nazisme, « le clapotis des bulles de champagne » ne couvrit pas les cris de misère et de désespoir.


Après ce spectacle , O.P.A vous propose de venir participer à des débats autour de trois thématiques : « la France à l'heure du totalitarisme? », « les sans papiers », « recréer le cercle de parole : l'assemblée populaire ». Une dernière soirée vous fera découvrir le côté strictement musical d'O.P.A qui laissera aussi micro libre aux slameurs-euses de tout poil.
Certaines images peuvent heurter la sensibilité.
Durée du spectacle hors forum : 45 minutes
Bande annonce du spectacle

Les débats:
Jeudi 22 janvier - 2009 : la France à l'heure du totalitarisme ?
Au moment où des lois de plus en plus sécuritaires réduisent nos libertés individuelles, où la répression des opposants et la criminalisation des militants s'étendent, où les médias sont sous coupe, peut-on dire que la France, amnésique et sans retenue, s'embrunisse au point de devenir un pays totalitaire ?
Collectif et comité invités : Le Collectif Libertés Publiques 33, Reopen 911 Bx.

Vendredi 23 janvier - la chasse aux sans papiers.
Elle est ouverte. Et les prises sont nombreuses. Comment l'endiguer ? Quelles moyens de lutte, de résistance, de solidarité envers et avec nos compagnons sans papiers ?
Associations invitées : RESF33, le CRSP, le CADTM, l'ASTI, Survie, le collectif des sans papiers de Montreuil.
Texte de positonnement de Survie sur les migrations.


Samedi 24 janvier - Assemblée Populaire : dénouer les langues
Les Assemblées populaires ont pour objectif que des personnes vivant dans le même environnement, subissant les mêmes contraintes, ayant parfois les mêmes expériences se rencontrent et se parlent afin de trouver des solutions aux problèmes les concernant, sans attendre l'aide des pouvoirs publics. Ici se pose la question de l'autonomie, de la solidarité et de l'investissement de chacun pour le bien de tous, au plus près. Surtout et d'abord, aller aussi nu que possible au-devant de cet autre qui nous ressemble. Afin que tout le monde puisse participer à cette assemblée, l'entrée sera gratuite ce soir-là.

Dimanche 25 janvier - Soirée artistique
Après la pièce, nous proposons une scène slam, ouverte à tous. Après la session slam, un concert avec O.P.A
Pour cette dernière soirée, l'association Génération Palestine 33 est invitée à tenir une table de presse.

Au Théâtre en Miettes, du 22 au 25 janvier, à 21h en semaine et 16h le dimanche
Infos pratiques
Théâtre en Miettes 2 rue du Prêche - 33130 Bègles
Renseignements : 05.56.43.06.31
Réservations : 05.56.69.12.35
Tarifs : Plein tarif : 10 euros - Tarif réduit : 8 euros
Entrée libre le samedi 24 janvier.
http://www.theatreenmiettes.org/
http://www.myspace.com/orchestrepoetique

mardi 20 janvier 2009

Décès de Jean Carbonare, ancien président de Survie.

Militant des droits de l'Homme qui a présidé l’association Survie de 1988 à 1994, Jean Carbonare nous a quittés le 17 janvier.
"Nous pouvons-faire quelque chose" était son mot d'ordre. Il refusait la fatalité de la misère, la fatalité économique, la fatalité de la guerre, la fatalité de la mésentente. Il détestait les mensonges politiques.
Il est l'un des rares français à avoir tenté d'inverser la mécanique génocidaire au Rwanda plus d'un an avant son déclenchement. Son intervention au journal télévisé de Bruno Masure sur Antenne2 à 20h le 24 janvier 1993 a représenté un moment fort dans son engagement humaniste : http://www.dailymotion.com/video/x1ed31_rwanda-quand-survie-alertait-le-mon_events
"Quand on place un dollar en Afrique, il en revient trois chez nous" nous expliquait-il quand il était notre président avant 1994.Ce chrétien engagé refusait qu'on se croise les bras. Il consacra toute sa vie à mener des projets de développement dans divers pays africains. Après le génocide des Tutsi au Rwanda, alors âgé de presque 70 ans, il avait mis ses compétences dans le développement en Afrique au service du Rwanda pour aider les Rwandais à reconstruire leur pays en travaillant sur des projets de coopération technique (notamment la construction de logements pour les veuves du génocide et la mise en production de zones marécageuses) que lui avait confié le Président Bizimungu. Pour lui c'était un engagement logique.
C'est à ce moment là qu'il quitta la présidence de Survie, en juillet 1994, démission actée à l'Assemblée Générale qui a fait suite (mars 1995).
Vers 1996, il se retira dans son village du sud de la France, Dieulefit, où il vient de mourir à l'âge de 83 ans.C'est un grand acteur du développement qui s'éteint, un infatigable interpellateur des consciences citoyennes, un exemple citoyen.
Odile Biyidi

dimanche 18 janvier 2009

GABON: Répression des militants anti-corruption

Le 31 décembre dernier, plusieurs militants et journalistes gabonais ont été arrétés puis incarcérés pour avoir critiqué la gestion économique désastreuse du pays par le régime en place. Pour avoir dénoncé la corruption et s'être engagés dans l'affaire dite des "Biens mal acquis" des chefs d'Etats africains en France, ils sont accusés de propagande et d'incitation à la révolte. Leur avocat français a en outre été empéché de se rendre à Libreville pour les défendre. Suite à la mobilisation de nombreuses ONG françaises dont Survie, ils sont désormais en liberté provisoire. Mais le combat contre la dictature et la mal gourvenance au Gabon n'est pas terminé.Toutes les informations sur : http://www.transparence-france.org/ewb_pages/div/Biens-mal_acquis-Arrestations-au-Gabon.php
Mobilisée en soutien à la société civile gabonaise, Survie a publié un communiqué de presse le 6 janvier intitulé "Gabon. Coup de filet contre les militants anti-corruption" :L’association Survie, extrêmement préoccupée par la nouvelle de l’arrestation de plusieurs représentants d’organisations de la société civile gabonaise dénonçant la corruption du régime d’Omar Bongo, tient à condamner cette tentative d’intimidation à leur égard et appelle les autorités gabonaises à procéder à leur libération immédiate (…). Lire la suite : http://survie.org/GABON-Coup-de-filet-contre-les.html
Survie a également organisé un rassemblement à Paris le jeudi 7 janvier, devant un des hôtels particuliers d’Omar Bongo. Lire l’appel au rassemblement et revoir la vidéo de la saisie symbolique de cette résidence réalisée avec la cellule françafrique le 10 avril 2008 http://survie.org/8-janvier-2009-Urgence-au-Gabon.html